Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

HEIN, ON NE VA PAS CHIPOTER POUR 5 MN, SI ????

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

HEIN, ON NE VA PAS CHIPOTER POUR 5 MN, SI ????

-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-

Je ne sais pas pourquoi, ni comment je vais gratter mon papier….
Peut-être parce que ce marathon est devenu MA course référence, et que, au-delà de l’objectif que je m’étais fixé, j’ai réalisé quelque chose de très grand. Même en l’écrivant, je ne mesure pas tout à fait ce que cela représente pour moi.
Je voudrais simplement faire partager un moment unique, un moment de grand bonheur.

-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-

Annecy Marathon – 19 avril 2009


-6H30- Le vibreur de mon téléphone me réveille, mon mal de tête d’hier semble m’avoir passé, je n’ai pas trop mal dormi, et pourtant, j’aurais bien prolongé ce moment sympathique… Mais c’est le grand jour, je me suis jamais aussi bien préparé, et même si j’ai accumulé un retard de sommeil cette dernière semaine, je me sens en pleine forme pour aborder dans les meilleures conditions mon deuxième sérieux marathon. J’ajuste néanmoins mon polar pour en avoir une idée plus précise : 170 pulsations max !, c’était mieux le week-end dernier….Je décide de garder ma fréquence habituelle de 172.
Le réveil n’a sonné que depuis cinq minutes à peine, et ma p’tite puce me libère presque la salle de bain !!!! Je me rends compte qu’elle à quitté le lit bien plus vite que d’habitude !!! Elle aussi doit stresser un max pour moi quant à l’objectif que je me suis fixé…C’est contagieux ????
Je me jette sur mes « turbo cakes » afin d’être sur qu’ils seront digérés dans moins de deux heures. Puis j’ajuste mon équipement que j’ai soigneusement préparé la veille : mon collant Read light, un boxer que je connais bien et des chaussettes que j’ai déjà rodé, mon haut blanc « Rachou et Gégé » de New-York, mon bracelet avec mes temps de passage, et le prototype d’Yveline avec mes gels et mes deux flasques. Je pars volontairement beaucoup plus léger qu’à Lyon.
J’ai juste le temps de faire « la visite pré-vol » que Rachel sonne à la porte. Je me sens presque gêné de me présenter devant elle en runner, sa nuit a du être, pour elle aussi, difficile, et elle aura certainement le cœur gros, aujourd’hui….
-7H30- 15 minutes à pied nous séparent de la zone de départ, il suffit de traverser les petites rues piétonnes où le marché du matin se met lentement en place. Le temps est idéal pour courir : ciel quelque peu nuageux, un soupçon de vent, et une température d’une matinée de printemps. Même la météo est avec moi !!! « Trop de la balle !! »
Le village marathon n’a rien d’extraordinaire. Je m’échauffe doucement en faisant le tour du propriétaire…Jérôme vient de me rejoindre, il y aura deux hommes rouges aux couleurs de Corbas ce matin. Allez, vite un pipi-stress, j’engloutis un antioxydant, et je remonte vite-fait (et facilement) la file pour me placer à 2 mètres du départ, devant quelques 1850 coureurs. Je vérifie une dernière fois la ceinture de mon polar et la diode sur mon accéléromètre, leurs utilisations en course, pour moi, est capitale.

-8H30- Le départ est donné, et comme d’habitude, le rythme est tout de suite très vif. Je me concentre et vérifie par intervalle régulier si je ne dépasse pas les 4’08’’ au km. Je m’aperçois rapidement que j’ai bien mémorisé mon allure au cours des nombreux entrainements appropriés. Je suis serein. Juste un petit coucou à mes deux supportrices pour les rassurer, mais je pense déjà à économiser mes forces, la route sera longue…Mais je croque ce moment de bonheur à pleines dents. Certains coureurs me dépassent, je ne m’en préoccupe pas, je suis déjà complètement dans ma course. Le 1er km est passé, 42 fois comme ça et c’est joué !!!
Nous quittons à présent la route pour emprunter la piste cyclable. Le peloton est étiré, et je ne suis pas du tout gêné, ce qui est rarement le cas. Je peux jeter un coup d’œil sur le paysage qui s’offre à moi.
Un peu plus de 20mn et voilà le 1er ravitaillement en vu. J’avale mon remontant du 5ème km et je saisis un peu d’eau sans perdre de temps. Je ne suis alourdi que de 6 gels et deux flasques, juste de quoi pouvoir suivre le programme de la marque overtsime. Au km 40, seul les 200gr de ma ceinture m’encombreront, sauf si je la jette !!! (Allez, Yveline, un peu d’humour…)
-41’45’’800- Je passe le 10ème km. Je commence à m’habituer à apercevoir à mes cotés les mêmes têtes. Tout va bien, même si je ressens une petite douleur à mon mollet droit, et ce depuis le 10ème kilomètre. Peut-être que je m’écoute un peu trop….Allez, mon Lolo, ta respiration, ta foulée !!
Un coureur passe vraisemblablement devant chez lui, il prend le temps d’embrasser sa femme, ce qui soulève entre nous un petit échange qui rompt momentanément le silence habituel. Je trouve ce cliché sympa.

-1H 02’29’’700- Et hop, deux skate-Park plus loin et le 15ème km est aussi derrière moi. Je consulte mon bracelet maison, et je calcule 24 secondes de retard. C’est bien correct, surtout à la vue du profil que j’ai enregistré sur mon papier. C’est vrai que les faux-plats ont l’air montant, et c’est rassurant pour le retour !! Un courant d’air me fait frissonner au km 18 : je croise les trois premiers qui doivent être au km 25….Impressionnant…..Ils ont au moins 5 à 6 mn d’avance sur le 4ème !!!! Respect…

-1H 28’29’’200- C’est mon nouveau record sur les 21 km 100 du semi-marathon !!! Cette performance ne me procure pas d’émotions particulières, je suis toujours dans ma bulle, je jette toujours un regard sur mes temps de passage, et j’accuse à présent un retard de 1’’10’’. Je commence à penser que je viens de réaliser sans doute le plus facile. Mon allure baisse sensiblement et pourtant ma fréquence cardiaque est à 83, 85%. Il ne faut pas plus pour l’instant, et c’est peut-être même bien assez ! Je me surprends à me retourner pour la première fois pour vérifier la position du meneur d’allure des 3h00…J’asperge mon corsaire d’eau froide, histoire de retrouver un second souffle…..
-2H06’50’’100- La course vient véritablement de commencer !! J’arrive péniblement au 30ème, je tourne à présent en 4’30’’ et je dois vraiment penser continuellement à ma respiration, pour la mettre le plus possible en phase avec ma foulée qui s’est bien rétrécie…Les faux-plats montants de l’aller ont fait demi-tour comme moi sur ce marathon, j’hallucine !!!…Ca ne descend donc jamais ????
Les pas du groupe des 3H00 se font de plus en plus entendre et j’ai l’image d’un rouleau compresseur qui fonce sur moi. Je dois rester devant….Il faut que je reste devant !!!! Mais malgré tous mes efforts, je me retrouve dans le groupe au 35ème km. Le tout, c’est d’y rester, à présent…..
Forcément, le rythme augmente sensiblement, mes jambes commencent à me brûler, ma respiration s’accélère, et je sais qu’à tenir cette cadence, je vais vivre un véritable calvaire !! Mais, je suis costaud dans ma tête, et je me suis préparé à souffrir. Un temps magnifique à un marathon ne peut pas tomber tout cuit, je vais aller le chercher, ce chrono. Je réduis mon champ de vision à une étiquette sur le maillot de celui qui me précède, et il ne faut pas qu’elle m’échappe. Je pense à ma maman qui lutte tous les jours et qui dit toujours « ça va super !! ». Je pense à René qui à été si courageux devant la maladie, je pense à Rachel et Gégé qui donneraient cher pour être là, à ma place. Mais la douleur devient de plus en plus insupportable, et elle me coupe complètement du monde extérieur. J’ai l’impression de plonger dans un paysage d’aquarelle. Je pense aussi et surtout à ma Puce qui depuis des mois supporte un corps étranger dans sa cheville, et elle ne se plaint guère. Je peux à mon tour être fort. Je sais que cette douleur est éphémère et que, après la ligne d’arrivée, pour moi, elle s’estompera…Mais ça devient insupportable, ma montre m’indique 90%. Il me reste …moins de 5km……
Pourtant je craque, zone rouge, je laisse partir le train…..Pendant un court instant, même ma tête m’abandonne, et je marche presque : c’était 3H00 ou ….plus rien m’importe….je suis échec et mat……
Je cours depuis maintenant 2H40 et il faut que je m’accroche. Je dois revenir à 75% et par ce fait récupérer mes jambes. La ligne d’arrivée, je dois penser à la ligne d’arrivée. Je dois poursuivre pour toi, ma Douce. Trois mois et plus de milles kilomètre que tu endures le bruit de mon tapis de course, mes absences pour mes tâches dans notre vie de famille, mes exigences pour mes programmes de courses et pour mon régime alimentaire, mes sautes d’humeur et mes angoisses que je t’ai largement fait partager….Tu es là, juste devant, et tu m’attends.
Seulement, la douleur ne me quitte pas, et je vais lâcher toutes mes dernières forces dans la bataille pour courir au maximum de mes possibilités en 4’50’’ voir 5’ au km. J’ai l’impression d’être arrêté. Je ferme les yeux comme pour moins voir la misère….
-3H00’00’’- J’ai franchi le 41ème km…Je n’étais pas si loin…Impossible d’accélérer…Allez putain !
Du nerf !! J’y suis presque !!
Ca y est, j’aperçois mes deux anges gardiens du jour, là, juste devant le pont. J’essaie de faire bonne figure …partager mes émotions rapidement mais aussi intensément avec celle qui me supporte chaque jour, sans elle, il me serait impossible de réaliser tout cela. Communiquer quelques sensations uniques de course à Rachou qui, sans sa blessure il y a à peine quinze jours, les aurait découvertes une nouvelle fois de l’intérieur. Je mesure à quel point j’ai de la chance d’être entouré par des proches compréhensifs et attentionnés…..
Le temps de longer le quai et je vais entrer dans le final du parc.
Mais avant même de traverser la foule, je suis littéralement porté par des clameurs qui me sont familières. Impossible de tous les voir, de tout entendre, juste quelques clichés, quelques voix que je reconnais. L’émotion m’envahit littéralement, ma gorge se serre, j’ai encore plus de mal à respirer…C’est un moment indescriptible de bonheur total…
Un dernier virage, le tapis rouge, la ligne et surtout ce gros chrono ou j’aperçois les minutes s’écouler : 3H 04 minutes et 41’’, 42’’, 43’’, 44’’, ……Un nouveau challenge, un dernier effort, tout donner …..
-3H04’58’’- C’est fini…Je pense étonnamment à stopper mon cardio, et j’avance, ou plutôt j’erre dans le sas d’arrivée, me ravitailler ? Je ne sais pas…M’asseoir ? Non, rester debout, réécouter ma respiration… Moins de 3H et 05 minutes….Je n’y crois pas… Il faudrait que je m’étire…J’ai soif… Je dois trouver Flo…Je l’ai fait …Je ne vais pas pouvoir rester debout…Stopper les larmes…Flo doit me chercher…C’est fini…Retrouver mon souffle………..
J’aperçois ma moitié, je la serre contre moi, je veux lui faire partager mon bonheur, mes sensations. Je ne peux pas parler, mais nos regards suffisent…
Rachou nous rejoint et me prend par le cou pour me féliciter. Elle appelle aussitôt « son Gégé » pour le délivrer de cette attente insupportable qu’il vit, tout seul dans son foyer. Je sais combien il aurait aimé être là pour partager en « live » tous ces moments magiques. Il a l’honneur de l’exclusivité de mes premiers récits à chaud de ma course…3H04’58’’, hein, on ne va pas chipoter pour cinq minutes, si ? Ca me fait du bien de lui parler, il m’a vraiment manqué, aujourd’hui…
J’ai un peu récupéré, et la fête n’est pas finie, car un autre moment inoubliable m’attend lorsque je rejoins les copains !! Je lève les bras pour les remercier tous en essayant de m’imprégner de ces moments uniques. Un véritable feu d’artifice !!! L’apothéose de mon marathon Je leur dois vraiment un grand merci. Je me le dis à chaque fois, ce club de Corbas Running est grand !!
Je n’ai pas réalisé d’exploit, quelques 150 coureurs m’ont devancé. Je n’ai pas sauvé de vie ou sacrifié la mienne…………. Mais que c’est bon de se sentir aimé comme ça !!!!!!...........

-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-/-

Une envie, un objectif, du courage, de la ténacité et de la persévérance ont été pour moi des ingrédients indispensables pour ce marathon, mais….
Une dernière pensée pour ma femme formera ma conclusion :
Je te dédie entièrement cette performance, ma Douce, car sans toi, je serais bien loin de ce résultat. D’ailleurs sans toi, je ne serais sans doute rien….


Lolo42 alien .

Voir le profil de l'utilisateur
Coucou mon Lolo !

Trop d'émotion de relire tes impressions !!! et trop contente de remettre ça le 18 avril 2010 !!!!!!!!!!!!!!!!!

Bisous mon pote à moi !!!!!

Rachou

Voir le profil de l'utilisateur

RV69

avatar
Admin
Salut,

Je ne me lasse pas de relire ton récit. C'est du grand art et j'ai l'impression d'être dans la course avec toi... mais c'est juste une impression car en 3 H 04, je ne peux pas être dans ta foulée... juste sur ton dos et encore faudrait que tu acceptes de me porter Laughing

Encore bravo pour la performance et qu'elle belle déclaration d'amour envers ta dulcinée I love you

Trop content de te compter officiellement parmi les membres de Corbas Running Very Happy

A bientôt,

Hervé

Voir le profil de l'utilisateur http://corbasrunning.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum